Tag Archives: johanni curtet

Stage de chant diphonique et rythme avec Johanni Curtet et Martin Dubois , 31 mai & 1er juin 2014 Université Rimay Nalanda, Institut Karma Ling, Arvillard (73)

Standard

UN TIMBRE … UN TEMPO

Stage de chant diphonique et rythme

avec Johanni Curtet et Martin Dubois

31 mai & 1er juin 2014
Université Rimay Nalanda, Institut Karma Ling, Arvillard (73)

Deux approches du temps,
l’une avec le souffle et le timbre de la voix,
l’autre avec les mains,
dans des cycles au bout des doigts.

La concentration et le travail nécessaires en chant diphonique pour chanter
d’un même timbre, d’une même intensité le temps d’un souffle, se retrouvent aussi
dans la réalisation collective des cycles rythmiques qui seront abordés. Le geste
intérieur et individuel à accomplir dans le chant sera déployé au niveau collectif
dans la construction commune des rythmes orientaux. C’est dans cet esprit que
nous vous proposons d’aborder deux arts du timbre et du temps.

Nos expériences communes nous ont montré la complémentarité de ces deux
disciplines qui permettent d’aborder des notions essentielles en musique comme
l’attention, l’écoute (interne/externe), la concentration, la justesse du jeu des notes,
l’assise rythmique, dans le contexte de l’apprentissage oral et du travail sur la
mémoire.

Chant diphonique / avec Johanni Curtet : Image
Saviez-vous que tout le monde est capable de sortir deux sons avec une seule
voix ? Un höömijch (chanteur de chant diphonique Mongol) peut, à lui seul, chanter
un bourdon vocal et réaliser simultanément une mélodie d’harmoniques. Cette
acrobatie de la voix est virtuose, mais chanter deux sons, simplement superposés,
est accessible à tous si on nous donne les clés. N’importe qui peut être initié au
chant diphonique.
Des exercices de musculation de la bouche, de la langue, de gestion du
souffle, contrôler le son avec et sans diphonie, enrichir le timbre de la voix, des
exercices pratiques pour aborder la modulation harmonique pourront (selon le
niveau) nous mener à réaliser une mélodie en chant diphonique. Avec cette
méthode, chacun peut pratiquer l’art höömij sérieusement chez soi s’il le souhaite.
Que le stagiaire soit novice ou déjà initié, en bénéficiant de ce stage, chacun repart
avec des méthodes efficaces pour mieux gérer son souffle et enrichir le timbre de sa
voix, diphonique ou non. Rythme / avec Martin Dubois :
On abordera les notions de tempo (interne et externe), d’écoute, de
respiration, de nuances et d’ouverture nécessaire pour jouer ensemble.
Après s’être imprégné des différents sons et instruments proposés, tels que
les cruches, kalimba (piano à pouces), lithopone, xylophones, bols tibétains, grelots,
tambours, tablas etc. venus des différents continents, chacun trouvera sa place avec
l’instrument de son choix et l’adaptera à son tempérament. On abordera les notions
de tempo, de respiration, d’écoute, de nuances, d’ouverture, toutes nécessaires
pour jouer ensemble.
Le but sera de créer ensemble des «petites pièces musicales» avec des
rythmes simples. On approchera aussi les rythmes par le chant. Le travail
consistera à mettre en place progressivement la cohérence rythmique et mélodique
pour obtenir un son d’ensemble esthétique et agréable, en harmonie. Chaque
stagiaire pourra ainsi se découvrir, acquérir une meilleure assise rythmique et une
meilleure confiance en ses capacités de partager… musicalement et humainement.

Informations pratiques

Vendredi 30 mai : 21h, concert de J. Curtet & M. Dubois, Institut Karma Ling
Participation : 8 €.

Stage (10h de pratique) :
Samedi 31 mai : 10h-12h30 & 14h-16h30
et Dimanche 1er juin : 10h-12h30 & 14h-16h30

Plein tarif pour les deux jours : 140 € ; tarif réduit : 110 €.

L’hébergement et les repas sont à la charge du participant.
Possibilité de pension complète sur le site de l’Institut Karma Ling.
Renseignements : accueil@karmaling.org / +33 (0)4 79 25 78 00.

Lieu : Institut Karma Ling, Hameau de Saint Hugon, 73110 Arvillard.

Réservation obligatoire (par téléphone ou par email)
accueil@karmaling.org / +33 (0)4 79 25 78 00 (accueil)

Pour toute question concernant le stage :
curtetjohanni@yahoo.fr / madub@orange.fr

STAGE D’INITIATION AU CHANT DIPHONIQUE MONGOL HÖÖMIJ avec JOHANNI CURTET , 24 & 25 mai 2014, LEVENS (FRANCE)

Standard

STAGE D’INITIATION
AU CHANT DIPHONIQUE MONGOL
HÖÖMIJ

avec Johanni Curtet
24 & 25 mai 2014 – Levens (06)

 Image

Saviez-vous que tout le monde est capable de sortir plusieurs sons avec une
seule voix ? Un höömijch (chanteur de chant diphonique mongol) peut à lui seul,
chanter un bourdon vocal et réaliser simultanément une mélodie d’harmoniques.
Cette acrobatie de la voix est virtuose, mais « diphoner » principalement deux sons
superposés est accessible à tous si on nous en donne les clés.
Cet atelier de pratique est enrichi d’éléments théoriques propres à la démarche
ethnomusicologique de Johanni, avec enregistrements et images à l’appui. Des
exercices de musculation de la bouche, de la langue, une gestion particulière du
souffle, un contrôle du son avec et sans diphonie, un enrichissement du timbre de la
voix par la recherche d’un timbre vocal guttural, sont des exercices pratiques pour
aborder la modulation harmonique dans une perspective mongole. Avec cette
méthode, chacun peut repartir avec un bagage lui permettant de pratiquer l’art
höömij sérieusement chez lui s’il le souhaite. Que l’on soit novice ou déjà initié, en
bénéficiant de cet enseignement, chacun y trouve des méthodes efficaces pour
enrichir son timbre vocal, explorer sa voix, diphonique ou non, à travers la
découverte de la culture musicale mongole.
-Public : adolescent, adulte ; stage limité à une quinzaine de personnes.
-Niveau requis : pour tous.
-Durée : 12h (en quatre étapes sur 2 journées)

-Apprentissage dans la lignée de la tradition mongole, avec :
–une théorie générale du höömij
–une gestion particulière du souffle
–travail et maîtrise du timbre vocal guttural
–écoute de sa voix dans une perspective mongole
–superposition de deux sons principaux (un son fondamental ou bourdon et un
sifflement harmonique), et travail d’écoute du timbre de la voix et des multiples
superpositions possibles (3 à 4 sons superposés) selon les techniques diphoniques
envisagées.
–compréhension du mécanisme de modulation pour réaliser une mélodie
d’harmoniques à travers l’apprentissage de 4 techniques de modulation harmonique
–selon le niveau collectif : apprentissage d’une mélodie traditionnelle mongole en
chant diphonique

Organisation du stage

Contact : Association “Tortue Écarlate” 28, rue Victorien Sardou 06110 LE CANNET
Tél : 06 27 07 38 76 (Gérard Bertin)
http://www.tortueecarlate.com

Emplacement : 12, avenue du docteur Faraud 06620 LEVENS
• Dans l’arrière pays niçois, la commune de LEVENS est à 45-55 mn de Nice,
d’une distance routière, selon les accès, variant de 25 à 30 kms.
• L’ensemble des salles est situé sous l’agence immobilière “La Conca d’Or”.
Descendre les escaliers à l’angle de cette agence.

Y venir en transports en commun : compter 1 heure de trajet aller – Ligne n° 89 à
partir de la gare routière de Nice –

Les repas et les hébergements sont laissés à l’initiative des participants

Horaires :
Samedi 24 mai : 10 h. à 12 h. et 13 h.30 à 17 h.
Dimanche 25 mai : 9 h.30 à 12 h.30 et 14 h.30 à 17 h.

Tarifs :
Pour les membres de l’association “Tortue Écarlate” : 85 €
Pour tout public : 120 €
Pour les couples ou parents/enfant : remise de 20 % pour l’un des deux.

concerts d’Urbi & Orbi ainsi qu’un stage de chant diphonique, qui se dérouleront du 7 au 9 février 2014

Standard
J’ai le plaisir de vous annoncer les prochains concerts d’Urbi & Orbi ainsi qu’un stage de chant diphonique, qui se dérouleront du 7 au 9 février prochain:

  • 7 fév.: 20h30, Centre de Rencontres, St. Berthevin (53)
  • 8 fév.: 14h-17h, stage de chant diphonique avec D. Tserendavaa, École de musique, St. Berthevin (53)
  • 9 fév.: 12h, L’Espal, festival Les Nuits de la Voix, Le Mans (72)

 

 
URBI & ORBI
Création contemporaine autour du chant diphonique
Composition de Pierrick Lefranc
créé le 5 février 2013
en ouverture du festival Les Nuits de la Voix, l’Espal
En coproduction avec l’Espal, scène conventionnée du Mans, Cie Hic et Nunc,
Routes Nomades, le soutien de la Fonderie, subventionné par la Région Pays de la Loire
 
 
Images intégrées 3
 
 
 

Longue pièce composée sous forme de volets, Urbi & Orbi se situe au carrefour de la musique savante, traditionnelle orale et de l’improvisation. La tradition musicale mongole joue sur les timbres, sculpte les sons, dévoile la richesse de chaque note… à partir de cette conception de la musique, cette composition transporte l’auditeur au cœur de textures sonores inédites. Des musiciens de cultures différentes se rencontrent à travers les timbres des chants diphoniques et un instrumentarium original (basson, contrebasse, bandonéon, guitare, percussions). Le terrain de jeu est teinté de jazz, d’espaces libres et de tradition mongole. La musique éclate de sonorités, de textures, de vibrations métalliques, gutturales ou boisées, évoquant la nature et le monde aquatique, un espace universel partagé par tous.
 
musiciens
D. Tserendavaa, Ts. Tsogtgerel, J. Curtet (chants diphoniques), 
Sophie Bernado (basson, chant) 
Jean-Baptsite Henry (bandonéon)
 
Joachim Florent (contrebasse)
Xavier Desandre Navarre (percussions) 
Pierrick Lefranc (guitare, composition, dir. art.)
 
 

 

 

Vous souhaitant bonne réception de ces informations, n’hésitez pas à les faire circuler aux personnes intéressées. Au plaisir de vous retrouver à l’un de ces événements!

Cordialement,

Johanni Curtet

Routes Nomades
www.routesnomades.fr
+33 (0)6 21 35 53 01

 
 
4 Attachments

 
 
 
 

urbi_plaquette_exterieur_small.jpg
 
 
 

urbi_plaquette_interieur_small.pdf
 
 
 

U&O_flyer_A.pdf
 
 
 

Festival ” Les nuits de la voix “
 
 
 
 

Soutenance de thèse sur le chant diphonique mongol de JOHANNI CURTET, FRANCE

Standard

Soutenance de thèse sur le chant diphonique mongol

Publié le 10 novembre 2013

Johanni Curtet, actif au sein d’Otasie, soutiendra sa thèse sur la transmission, l’ethnomusicologie et l’histoire du chant diphonique mongol, le mardi 12 novembre à 13h30 à l’université Rennes 2. Cette soutenance est publique.

Accès: Salle des Thèses, bâtiment La Présidence 7e étage, Campus Villejean, Place du Recteur Henri Le Moal, Rennes.Métro: arrêt université Rennes 2.

Résumé:La transmission du höömij, un art du timbre vocal :ethnomusicologie et histoire du chant diphonique mongolCette thèse est une étude ethnomusicologique à dimension historique portant sur la transmission globale du höömij en Mongolie. Pour expliquer l’évolution de cette technique vocale, sont explorés les légendes, les conceptions autochtones, l’histoire des années 1950 au début des années 2010 et la mise en patrimoine pour l’avenir.La première partie montre comment le chant diphonique prend forme dans sa culture. Perçu comme un art du timbre par ses détenteurs, il entretient des relations avec la nature, ainsi qu’un ensemble de techniques vocales et instrumentales issues des contextes rituel et pastoral.Ces fondements du höömij sont ensuite examinés à la lumière de l’histoire de la Mongolie. Entre les périodes soviétique et contemporaine, la deuxième partie brosse les changements survenus dans la pratique, entre la scène et l’enregistrement. À côté de l’usage rural, se développe une nouvelle forme professionnelle. Tous ces apports ont façonné le chant diphonique mongol dans son état actuel.La troisième partie étudie la transmission à travers l’enseignement et la patrimonialisation. Les maîtres évoluent entre deux pôles : un village de l’Altaï perçu comme le lieu des origines, et une université d’Ulaanbaatar, qui académise la pratique et diffuse son modèle au niveau national. Tout cela participe au processus de patrimonialisation du höömij, de sa constitution en emblème musical sous la période soviétique à son inscription sur la liste du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Unesco. Le höömij mongol apparaît dans toute sa contemporanéité. Au plaisir de vous y voir!

Cours mensuel de chant diphonique mongol

Publié le 18 septembre 2013

Cours mensuel de chant diphonique mongol au CPFI, Le Mans.

Les cours auront lieu un samedi par mois d’octobre 2013 à mai 2014.
Cette année, deux niveaux sont proposés: initiation réservé aux débutants et perfectionnement pour ceux qui connaissent déjà le principe général du style mongol et qui contrôlent leurs harmoniques.

Calendrier : les samedi 5 octobre, 9 novembre et 7 décembre 2013, 11 janvier, 1er février, 1er mars, 5 avril et 17 mai 2014.

Horaires :
Initiation : 10h à 12h30
Perfectionnement : 14h-16h30.

Vous trouverez aussi toute les informations nécessaire concernant les tarifs et réservations ici. N’hésitez pas à faire circuler l’information aux personnes susceptibles d’être intéressées.

Contacts: Johanni Curtet (06.21.35.53.01), curtetjohanni@yahoo.fr
Profil: www.ethnomusicologie.fr
Concerts: www.routesnomades.fr

« Ongod » Nouvel album d’Altaï Khangaï

Publié le 10 septembre 2013

Ongod

ALTAÏ KHANGAÏ
Nouvel album « Ongod »
sortie le 28 octobre 2013
[Full Rhizome – Buda Musique]

« Le trio  » Altaï Khangaï  » a l’art et la manière de transposer les musiques ancestrales de Mongolie dans un présent radieux et créatif. Cithares yagta et yoochin, luth tovshuur, tambour des chamanes, flûte à bourdon vocal, guimbardes… grâce à cet imposant instrumentarium traditionnel et au chant diphonique, la créativité d’Altaï Khangaï ne connait plus de limites. »

Altaï Khangaï est en concert:
le 09 novembre • Espace Jardin de Madame • à Oppède (84) programmation de la Gare Coustellet
le 12 novembre • Studio de l’Ermitage • Paris (20e)

Toutes les infos sur www.altaikhangai.com

Contes de la terre du ciel bleu

Publié le 3 avril 2013

Conte musical franco-mongol présenté par Le Groupe Musiques Vivantes de Lyon

A l’occasion de la venue en France des instrumentistes mongols Bayarbaatar Davaasuren, (directeur chorégraphique du Théâtre des Arts Traditionnels d’Oulan Bator et spécialiste du chant diphonique) et Chinbat Baasankhuu, (professeure de yatga à l’université des Arts et de la Culture de Mongolie), Bernard Fort et le Groupe Musiques Vivantes de Lyon vous proposent une création franco-mongole « Contes de la terre du ciel bleu ».

« Contes de la terre du ciel bleu » est un spectacle de conte musical tout public qui s’inspire des récits de voyages rapportés par l’explorateur Henri Bouillane de Lacoste, évoquant la Mongolie et ses traditions artistiques et culturelles.

Les organisateurs proposent également des activités autour de la culture mongole… de nombreuses propositions artistiques.

  • Récitals : chant diphonique, musique traditionnelle, yatga,
  • Conférences : musique et traditions de Mongolie,
  • Stages : chant diphonique, danse traditionnelle mongole,
  • Expositions : costumes et instruments de musique traditionnels,
  • Rencontres avec les artistes…

Dates / Lieux:

  • Spectacle musical « Contes de la terre du ciel bleu », Médiathèque de Sceaux (92) :samedi 6 avril, 16h00 (TP)
  • Récital de Bayarbaatar Davaasuren et Chinbat Baasankhuu, Maison d’Europe et d’Orient (3, Passage Hennel 75012) : jeudi 4 avril, 20h30
  • Spectacle musical « Contes de la terre du ciel bleu », Festival Détours de Babel (Grenoble, 38) : du 16 au 18 avril,
  • Récital de Bayarbaatar Davaasuren et Chinbat Baasankhuu, Abbaye de Noirlac, Les Matinales (18) : dimanche 14 avril, 10h30

Liens et informations: http://www.gmvl.org/xlagenda33/agenda.php

Récital de musique traditionnelle mongole

Publié le 3 avril 2013

La Maison d’Europe et d’Orient, et le Groupe Musiques Vivantes de Lyon présentent ce jeudi 4 avril à 20H30, un récital de musique traditionnelle mongole avec :

Bayarbaatar Davaasuren (Directeur chorégraphique du Théâtre des Arts Traditionnels d’Oulan Bator et spécialiste du chant diphonique), et

Chinbat Baasankhuu (Soliste et professeure et de yatga à l’université des Arts et de la culture de Mongolie)

Lieu : 3, passage Hennel -75012 Paris (Plan)

Liens :
http://www.sildav.org/component/allevents/display/event/default/204-recital-de-musique-mongole
et, http://www.gmvl.org/productions_spectacles2.php?id_spectacles=2

Le Chant des Montagnes d’Or

Publié le 20 février 2013

Le Chant des Montagnes d’Oralpaltai

Ensemble traditionnel Altyn-Tuu

6 mars Grenoble (38) – Université Stendhal, l’Amphidice : MASTERCLASS 12h-15h

7 mars Grenoble (38) – Université Stendhal, l’Amphidice : concert 19h

8 mars Gignac (34) – l’Office Culturel (1èrepartie de Susheela Raman) : concert 21h

13 mars Neuchâtel (Suisse) – Culture Nomade : concert 21h

15 mars Genève (Suisse) – AMR, en parenariat avec l’ADEM : concert 21h30

17 mars Paris (75) – Centre Mandapa : MASTERCLASS 14h30-16h30 et concert 18h

18 mars Paris (75) – Centre Mandapa : MASTERCLASS (sous réserve) et concert 21h

21 mars Paris (75) – EPHE-EHESS, Auditorium du France : rencontre et concert 11hFREE

22 mars Bourg-le-Comte (71) – Le Canoe Renversant : concert 20h30

23 mars Cluses (74) – L’Atelier : concert 20h30

24 mars Fillinges (74) – La Sapinière : rencontre et concert ? 17h

Contact : Association AlpAltaï 513, route des Tattes 74250 FILLINGES, 06-51-31-10-47

alpaltai@gmailcom

URBI & ORBI

Publié le 29 janvier 2013

Ils sont de nouveau France pour une création éclectique autour du chant diphonique: « URBI & ORBI ». Ils donneront un concert UNIQUE au Mans le 5 février (l’Espal) et à Paris le 6 février (Studio de l’Hermitage).

Réservez votre place en suivant ces liens: Paris et Le Mans.

« D’ici à la Mongolie, il n’y a que la distance d’un désir pour Pierrick Lefranc, jeune compositeur manceau à l’origine de cette création autour du chant diphonique. Le projet germe en lui il y a quelques années, à l’occasion d’une improvisation avec un musicien adepte de cet art vocal si particulier.
Ce « mélange de puissance et d’introspection », qui jaillit du fond du corps, le fascine. Il entame alors une recherche qui le mène à Johanni Curtet, chanteur diphonique, formé auprès de plusieurs maîtres en Mongolie, et rencontre, grâce à lui, deux grands chanteurs des plateaux de l’Altaï mongol : Tserendavaa et son fils Tsogtgerel.
Il réunit autour d’eux plusieurs musiciens, aguerris au jazz et aux musiques du monde. »

Tserendavaa & Tsogtgerel : Chants diphoniques de l’Altaï Mongol
Johanni Curtet : Chant diphonique
Jean Baptiste Henry : Bandonéon
Sophie Bernado : Basson, Chant,
Gildas Boclé : Contrebasse
Pierrick Lefranc : Guitare
Maël Guezel : Percussions

Suivre également les liens suivants:

 

JOHANNI CURTET : CHANT DIPHONIQUE KHÖÖMIJ, MONGOLIE

Standard

CHANT DIPHONIQUE KHÖÖMIJ

Avec Johanni Curtet – 2h

Johanni Curtet

Johanni Curtet © O. Gassies

Saviez-vous que tout le monde est capable de sortir plusieurs sons avec une seule voix ? Un khöömijch (chanteur de chant diphonique Mongol) peut à lui seul, chanter un bourdon vocal et réaliser simultanément une mélodie d’harmoniques. Cette acrobatie de la voix est virtuose, mais « diphoner » deux sons superposés est accessible à chacun pourvu de disposer des clés. 

Cet atelier de pratique est enrichi d’éléments théoriques propres à la démarche ethnomusicologique de Johanni, avec enregistrements et images à l’appui. Des exercices de musculation de la bouche, de la langue, une gestion particulière du souffle, un contrôle du son avec et sans diphonie, un enrichissement du timbre de la voix par la recherche d’un timbre vocal guttural, sont des exercices pratiques pour aborder la modulation harmonique dans une perspective mongole. Avec cette méthode, chacun peut repartir avec un bagage lui permettant de pratiquer l’artkhöömij sérieusement chez lui s’il le souhaite. Que l’on soit novice ou déjà initié, en bénéficiant de cet enseignement, chacun peut trouver des méthodes efficaces pour enrichir son timbre vocal, explorer sa voix, diphonique ou non, à travers la découverte de la culture musicale mongole.

Johanni Curtet est doctorant en ethnomusicologie à l’Université Rennes 2. Il mène une activité conjointe de chercheur et de musicien. Ses recherches portent sur les techniques de chant diphonique, l’histoire (origines, spectacularisation, patrimonialisation) et la transmission du khöömij en Mongolie. Depuis 2004, il est lauréat de plusieurs bourses qui lui permettent d’effectuer ses recherches et d’apprendre la langue et la culture mongoles. 

Formé à l’ABC de la « diphonie » par Trân Quang Hai, son apprentissage traditionnel lui a été transmis par D. Tserendavaa dans les steppes de l’Altaï, et B. Odsuren à l’Université d’Art et de Culture d’Oulan Bator. Directeur artistique de l’association Routes Nomades, il accompagne aussi son maître Tserendavaa sur scène. Il enseigne le chant diphonique à l’Université Rennes 2, à la Cité de la Musique, etc. En 2010, à la demande de la commission nationale de la Mongolie pour l’UNESCO, il participe à l’inscription du chant diphonique mongol sur la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité. Enfin, il se produit en concert avec le trio Meïkhâneh : des musiques imaginaires, fortement inspirées de ses voyages. 

Plus d’infos sur l’artiste-chercheur :
www.routesnomades.fr
www.ethnomusicologie.fr/jcurtet
www.myspace.com/meikhaneh

http://www.lesorientales.fr/programme-2013/ateliers/chant-diphonique-khoomij/

JOHANNI CURTET : LE PROJET DÖRVÖN BERKH, MONGOLIE

Standard

Le projet Dörvön Berkh

Dorvon-Berkh

Dörvön Berkh signifie en mongol le coup de jeu dans lequel les quatres faces différentes des osselets tombent en même temps. C’est un coup rare dans le jeu d’osselets (le shagai), qui porte chance et qui présage un bel avenir. Dans un sens figuré c’est aussi un terme qui symbolise l’ascension de quatre personnes ensemble vers un sommet de la réalisation sociale. 4 faces du jeu d’osselets, c’est aussi 4 faces du chant diphonique comme on ne l’a jamais entendu, on les lance ensemble pour le premier coup et si la chance les emporte, on y rejouera, sans doute…

Depuis 2004, Johanni Curtet, doctorant sur le chant diphonique Mongol, et Tsend-Ochirin Otgonbaatar, manageur, parcourent la Mongolie ensemble à la rencontre des chanteurs diphoniques. Ils ont monté avec des amis français en Février 2006 l’association Routes Nomades, qui a pour but de produire des concerts de musique traditionnelle mongole en France et en Europe. Le chant diphonique étant devenu leur passion commune, ils ont décidé pendant l’année 2006-2007, d’organiser en Mongolie à Ulaanbaatar, une rencontre de chanteurs sans précédent. Il existe plusieurs maîtres de xöömij en Mongolie et peu d’entre eux ont un jour partagé la même scène. Ils restent bien souvent concurrents les uns des autres. Après avoir proposé à quatre d’entre eux, qui font partie des plus célèbres du pays, de travailler autour d’une rencontre et d’une création d’un concert de chant diphonique, le projet est lancé. Chaque chanteur a montré un grand intérêt dans ce nouveau concept qui n’a jamais encore été joué en Mongolie. Ce projet a été créé à l’Auditorium de la Gallerie d’Art Moderne d’Oulan Bator les 7 et 8 avril 2007. Il a reçu l’aide financière de l’Alliance Française de Mongolie, l’association Routes Nomades, Global Design, la mairie de Chandman, la région de Xovd et le théâtre dramatique de Xovd.

Dorvon-BerkhNous voulons montrer à un large public ce qu’est l’art du xöömij (chant diphonique mongol), sa magie, ses acrobaties vocales, en réunissant quelques-uns des meilleurs chanteurs de Mongolie, capables d’imaginer un univers entre tradition et modernité. L’auditeur sera plongé dans le monde des harmoniques, des possibilités de la voix humaine et pourra le temps d’un concert, se laisser séduire par l’art xöömij.

Nanjidiin Sengedorj

SengedorjIl est né en 1948, une année de la souris, à Emgen, dans la province de Chandman, région de Xovd en Mongolie. Depuis 1975 il travaille au Théâtre dramatique de la ville de Xovd où il réside et y a exercé toutes les professions : de régisseur, il est passé par le métier de décorateur, celui de comédien, puis chanteur de xöömij pour finir directeur. Sengedorj, après le fameux chanteur Sundui est le deuxième chanteur de xöömij à avoir reçu une décoration du président de Mongolie pour son art.

Dès l’âge de six ans, il a appris le xöömij en imitant ses aïeux et en gardant les bêtes, dans le contexte de la vie nomade des bergers de l’Altaï. Comme Tserendavaa, il fait partie de ceux qui ont considérablement développé le chant diphonique dans les vingt dernières années. Il enseigne le chant diphonique dans son théâtre et dans une école de musique et de danse traditionnelle, ouverte à Xovd depuis deux ans.

Depuis les années 1980, il joue dans le monde entier : France, Allemagne, Grande-Bretagne, USA, Russie, Corée, Japon, Kazakhstan… Il pratique trois types de xöömij : le xarxiraa (xöömij profond), le xamriin xarxiraa (xöömij profond nasalisé), et le shingen xöömij (xöömij au ton clairsemé). Le « xöömij baryton » est le nom qu’il donne à son style personnel. Il s’accompagne du luth tovshuur à tête de cuiller zazal et joue de la flûte tsuur, un instrument spécifique à la région de l’Altaï que peu de musiciens pratiquent actuellement. Il a appris la tsuur auprès de Narantsogt, une référence incontestée en Mongolie.

 Discographie

 Mongolie: Musique et chants de l’Altai  (Orstom-Selaf Ceto 811, 1986, Paris)

Jargalant Altai. Xoomii and other vocal and instrumental music from Mongolia (Pan Records Pan 2050CD, 1996, Pays-Bas)

The spirit of the steppes: Throat-singing from Tuva and beyond(Nascente NSCD 058, 2000, Londres)

Mongol Nutgiin Calxi (MOCN-0102, 2001, Japon)

Tunganar Buyant (MOCN-0202, 2002, Japon)  

Baatariin Odsuren

OdsurenIl est né en 1949 au village d’Aladarxaan dans la région de Zavkhan, en Mongolie. Il réside actuellement à Oulan Bator où il est professeur de xöömij à l’université d’Art et de Culture et à l’université Nationale Mongole. Odsuren a appris le chant diphonique avec Jamtsiin Choyn. Il l’enseigne depuis les années 1988 et reste le seul à le transmettre dans un cadre universitaire.

Son père, qui était moine bouddhiste, lui a enseigné la voix de onzad, cette voix grave qui sert à réciter les prières. Il participe à des concerts internationaux, en soliste ou avec un ensemble: France, USA, Russie, Japon…

Il pratique douze types de xöömij dont certains sont de son invention: le xargia xöömij (xöömij profond), le gilsen xöömij, le tsuurai xöömij(xöömij échoïdal), le yelzsen tsuurai xöömij (xöömij échoïdal trillé), leshuluun tsuurai xöömij (xöömij échoïdal droit), le xamriin tsuurai xöömij(xöömij nasalisé droit), le dorgo xöömij (xöömij « gargarisé »), lexerxeree xöömij, l’isgeree xöömij (xöömij sifflé), le dangildax xöömij(xöömij rythmique monosyllabique), le doshgiraa xöömij (xöömij labial vibré) et le xosmoljin xöömij (xöömij combiné). Il s’accompagne de la vièle ekel, du luth tovshuur et joue des guimbardes xoson xuur (en bambou) et tömör xuur (en métal).

 Filmographie

 Les bardes de Gengis Khan (réal. Nadine Assoune Lewy, La Huit production/Audiovisuel Muzzik, 52mn couleur, 1998, France)

Dashdorjiin Tserendavaa

tserendavaaIl est né en 1955 dans la province de Chandman dans la région de Xovd, en Mongolie. Il réside à Chandman depuis toujours et vit comme éleveur nomade avec un millier de bêtes dans son cheptel (chevaux, chameaux, chèvres, moutons, vaches et yacks confondus). Son apprentissage du chant diphonique s’est fait à l’âge de six ans, dans le cadre pastoral par l’imitation de son entourage. Ses professeurs ont été Olmiibat, Maxanchuluun, Margat, Sundui et Tsedee. Dans sa famille, on est musicien depuis quatres générations. Il a commencé son métier de chanteur professionnel à l’âge de vingt-quatre ans. Depuis les années 1980, il joue dans le monde entier : France, Grande-Bretagne, Portugal, USA, Russie, Japon…

Il pratique sept types de xöömij : l’uruuliin xöömij (xöömij avec battements de lèvres), le tagnai xöömij (xöömij palatal trillé), lebagalzuuriin xöömij (xöömij de gorge), le xamriin xöömij (xöömij nasalisé), le tseejni xondiin xöömij (xöömij de poitrine), le xargia xöömij(xöömij profond), et le xosmoljin xöömij (xöömij combiné) qui est le nom qu’il donne à son style personnel. Tserendavaa s’accompagne du luthtovshuur et de la vièle ekel. Il transmet le xöömij à trois de ses enfants : deux de ses fils, Tsogtgerel (18 ans) et Xasha (10 ans), et une de ses filles, Otgonjargal (16 ans).
Suite

Nerguigiin Ganzorig

GanzorigNé en 1974 à Zuunxaraa dans la région de Selenge, il réside aujourd’hui à Oulan Bator. Ganzorig a appris le xöömij en autodidacte. En écoutant les chanteurs à la radio nationale mongole, il les imitait jusqu’à parvenir au meilleur résultat. Il commença par apprendre la vièle moriin xuur mais développa beaucoup plus la pratique diphonique, car des opportunités pour jouer à l’étranger se présentaient rapidement. Après avoir maîtrisé les styles principaux, lexarxiraa et l’isgeree xöömij, ainsi qui leurs variantes ornementales, il s’est spécialisé dans l’interprétation des chants de louanges magtaal. Très tôt, il se met à composer ses propres chants de louanges, calqués sur le modèle traditionnel mongol.

Son activité dans l’ensemble Altaï-Khangaï depuis 1996 l’a amené régulièrement à jouer dans de nombreux pays : quatre ans de résidence en Allemagne, trois ans en Hollande, et des concerts ponctuels en France, USA, Suisse, Autriche et Maroc. Il s’accompagne du luth tovshuur à tête de cygne et de la vièle à tête de cheval moriin xuur. Ganzorig représente la nouvelle génération de chanteurs diphoniques et reste l’un des meilleurs tant il a su combiner les styles de son pays mais aussi ceux de Touva.

Discographie d’Altai-Khangai

Naariits Bulye, Let’s Dance. Mongolian Khuuryn tatlaga (Pan Records Pan 2061, 1997, Pays Bas) 

Gone with the wind. Songs of mongolian steppes (Window to Europe WTE CD 002, 1998, Pays Bas) 

Melodious Tree (Autoproduction AKA09001, 2000, France) 

Naadam (Autoproduction, 2006, Mongolie)

 http://www.routesnomades.fr/le-projet-dorvon-berkh.html

“Master of overtone singing” _ Dörvön Berkh _ Live extract

Video

Published on Aug 18, 2013
Extract from DVD “Master of overtone singing” release by Jean-François Castell.
Extrait des bonus du DVD “Maîtres de chant diphonique”, un film de Jean-François Castell.
http://jeanfrancoiscastell.free.fr/
https://www.facebook.com/jeanfrancois…

“Maîtres de chant diphonique”, Jean-François CASTELL

Video

Uploaded on Oct 14, 2010
2013 – Prix vague émeraude du Festival 7e art et science, Noirmoutier
2012 – Prix Coup de pouce du Festival du film de chercheur, Nancy
2011 – Prix Bartók au 30e Festival Jean Rouch, Bilan du film ethnographique
2011 – Meilleur documentaire au Festival Aux quatre coins du monde
2010 – Sélection “Coup de coeur” au Festival Écrans de l’aventure

BANDE ANNONCE Maîtres de chant de diphonique : 01’30

53 minutes – HDV
Un documentaire de JeanFrançois CASTELL
Une coproduction : LA CURIEUSE / LES FILMS DU ROCHER /LMTV / TV RENNES 35
http://lesfilmsdurocher.free.fr/

DÖRVEN BERKH est un ensemble vocal composé de quatre des plus grands maîtres du chant diphonique mongol.
C’est Johanni CURTET, jeune chercheur français en ethnomusicologie, qui a eu l’idée de les réunir pour une série de concerts et enregistrer un disque.
C’est en Mongolie, puis au Mans, à Rennes que nous suivons le travail des uns et des autres : la création des concerts et le travail des grands maîtres, mais aussi les recherches de Johanni qui étudie les sources de cette musique ancestrale et recense ses pratiques et ses modes d’apprentissage.
De la création de la tournée française, jusqu’aux confins des steppes de l’Altaï, ce film nous invite à vivre un voyage musical et ethnologique rare et envoutant.

Maitre de chant diphonique – FFC 2012 – En compétition, MONGOLIA

Video

Maitre de chant diphonique – FFC 2012 – En compétition
Published on Mar 16, 2012
Projection du film : vendredi 08 juin 2012 – 14h – Parc de la Pépinière, Nancy.
Crédits : Un film de Jean-François Castell, 59 min, France, Prod. La curieuse
Résumé : Johanni CURTET, jeune chercheur français en ethno- musicologie, a eu l’idée de réunir quatre des plus grands maîtres du chant diphonique mongol pour une série de concerts et enregistrer un disque.
En Mongolie, puis en France, nous suivons le travail des uns et des autres : la création des concerts et le travail des grands maîtres, mais aussi les recherches de Johanni qui étudie les sources de cette musique ancestrale et recense ses pratiques et ses modes d’apprentissage.