Category Archives: France

4è, SEQUENCE 2 : musique traditionnelle d’inspiration religieuse : Le chant diphonique et la notion d’ »Harmoniques »

Standard

4è, SEQUENCE 2 : musique traditionnelle d’inspiration religieuse : Le chant diphonique et la notion d’ »Harmoniques »

  

Le chant diphonique, et la notion d’Harmoniques.

Le phénomène sonore est très complexe. Des physiciens étudient l’acoustique et les sons, et grâce aux machines apparues au XXè siècle on a pu confirmer physiquement, et scientifiquement que la constitution d’un son est l’addition de plusieurs fréquences. Elles sont exprimées en Hertz (Hz). Une fréquence FAIBLE, est un son GRAVE. Une fréquence ELEVEE est un son AIGU.

Une note est simplement une fréquence fondamentale, avec au-dessus, d’autres fréquences. Ces fréquences sont entendues à certaines intensités bien plus faibles (volume). Ce qui fait que nous distinguons le son du piano, d’un saxophone par exemple, vient du fait que ces fréquences ne sont pas entendues aux mêmes intensités. C’est ce qu’on appelle LE TIMBRE.

Pour comprendre et approfondir cette notion physique, je vous invite à découvrir un site remarquable, avec des extraits sonores explicites : CLIQUEZ ICI : Découverte de la notion de Timbre

En Mongolie, et d’autres pays d’Asie (Tibet…), les moines bouddhistes en particulier ont développé la technique du chant diphonique, qui leur permet de mieux entrer en communication avec leurs Dieux.
Outre la Mongolie, l’Inde et l’Afrique du sud comptent également des chanteurs diphoniques. Certains moines tibétains pratiquent également ce chant et vont même jusqu’à se briser les cordes vocales volontairement pour obtenir un timbre de voix plus grave.

Le chant diphonique fait partie intégrante de la vie musicale en Mongolie et au Touva. Pratique vocale ancestrale, il est lié par tradition à la nature et aux forces qui l’animent. Il est chargé de rythmer les évènements de la vie quotidienne (imitation du vent, cris d’animaux…). On le rencontre également dans d’autres régions du monde comme au Tibet où les moines Gyuto l’utilisent dans leur pratique spirituelle ainsi que chez les femmes de la tribu Xhosa en Afrique du Sud.

Cette pratique vocale a commencé à susciter de l’intérêt chez les musiciens occidentaux depuis la fin des années 60 avec K. Stockhausen (Stimmung), David Hykes, Tran Quang Haï…

Cette technique, très difficile demande un travail vocal rigoureux. Elle consiste à chanter un bourdon (une note tenue dans le registre grave), et en formant des voyelles spécifiques, et en plaçant astucieusement sa langue, placer une mélodie au-dessus de ce bourdon. Cette mélodie correspond aux harmoniques. Le chanteur aura réussi à sélectionner des fréquences d’harmoniques, en sachant quelle voyelle, et quelle placement de la langue il devait utiliser pour faire « sonner » ou « sortir » l’harmonique voulue.

Un excellent site qui vous fera comprendre intuitivement le chant diphonique :

SITE CHANT DIPHONIQUE : CLIQUEZ-ICI

Voici quelques exemples :

COURS : 

Chant diphonique : technique de chant permettant à une seule personne de produire deux sons simultanés d’une seule voix. Un premier son, appelé le « bourdon », provient du fond de la gorge. Il est grave et constant et compose le fond du chant. Un second son plus aigu, appelé « harmonique », forme la mélodie. Le chant ainsi obtenu nous rappelle celui d’une guimbarde.

On retrouve ces techniques principalement en Mongolie, mais aussi dans les récitations de « Mantras » par les moines bouddhistes dans les monastères, et dans d’autres pays d’Asie du Nord, ou a quelques endroits du globe. Pour eux, cette technique leur permet d’exercer un pouvoir sur les Dieux.

NATHALIE HENRCH : Physiologie de la voix chantée : vibrations laryngées et adaptations phono-résonantielles

Standard

NATHALIE HENRCH : Physiologie de la voix chantée : vibrations laryngées et adaptations phono-résonantielles

in : “Entretiens de Médecine physique et de Réadaptation” Montpellier, France , 2012

http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/68/06/92/PDF/Henrich_EMPM_2012_physiovoixchantee.pdf

Curriculum vitae of Nathalie Henrich, France

Nathalie HenrichNathalie Henrich (born 1974, PhD in Musical Acoustics from the University Paris 6, 2001) is a voice researcher of the French National Centre for Scientific Research (CNRS, Department of Human and Social Sciences). She was educated as a researcher and teacher in Fundamental Physics. She specialized on human voice production in speech and singing. Her research projects deal with the physical and physiological characterization of various vocal techniques, such as Western lyrical singing, Sardinian Bassu singing, Bulgarian women’s singing, … She is also interested in vocal effort and vocal straining in speech and singing. She has worked on the development and improvement of non-invasive experimental techniques for human voice analysis, on perception and verbalisation of voice quality in singing, and on source-filter interaction in singing.

Dr. Nathalie Henrich is a member of the French Acoustical Society (SFA), the European Acoustical Society (EAA), the French Phoniatrics and Communication Disorders Society (SFP&PaCo), the French Ethnomusicology Society (SFE), the French Association of Spoken Communication (AFCP), the Collegium Medicorum Theatri (CoMeT). She is Associate Editor for Logopedics Phoniatrics Vocology (Taylor & Francis group).

LES VOIX DIPHONIQUES : Le chant diphonique

Standard
Le chant diphonique
Les musiciens
La musique
Les concerts
Retour à la page d'accueil
Couper le son in English auf Deutsch
Plan de site
Le chant diphonique
Le chant diphonique est une technique vocale particulière
qui permet à une personne de chanter 2 sons simultanés :
un son grave appelé “son fondamental” ou “bourdon”, et un
son plus aigu appelé “harmonique”.
Cet art vocal singulier repose sur un principe physique universel :
la série harmonique. Pour simplifier, considérons que tout son musical est
constitué d’une vibration fondamentale et d’un spectre composé d’harmoniques
dont les fréquences sont des multiples entiers de la fréquence du fondamental.
Ces harmoniques ne sont généralement pas perçues isolément par l’oreille mais
fusionnent pour créer ce que l’on appelle le timbre.

Exemple :
les 12 premières
harmoniques d’un do

Harmoniques du do grave
Nota bene : la plupart des hauteurs de ces harmoniques ne correspondent pas exactement à celles des notes
de notre système musical occidental (tempérament égal).
La technique du chant diphonique consiste à utiliser la cavité buccale comme caisse de résonance
pour renforcer une harmonique qui apparaît alors comme une hauteur indépendante, superposée au
son fondamental.

Le chant diphonique fait partie intégrante de la vie musicale en Mongolie et au Touva. Pratique vocale
ancestrale, il est lié par tradition à la nature et aux forces qui l’animent. Il est chargé de rythmer les évè-
nements de la vie quotidienne (imitation du vent, cris d’animaux…). On le rencontre également dans d’autres
régions du monde comme au Tibet où les moines Gyuto l’utilisent dans leur pratique spirituelle ainsi que chez
les femmes de la tribu Xhosa en Afrique du Sud.

Cette pratique vocale a commencé à susciter de l’intérêt chez les musiciens occidentaux depuis la fin des
années 60 avec K. Stockhausen (Stimmung), David Hykes, Tran Quang Haï…

http://www.lesvoixdiphoniques.com/FR_chant_diph.htm

L’ensemble vocal
C’est en 1995 que naît l’ensemble vocal “Les Voix Diphoniques”
réunissant des musiciens enthousiasmés par cette technique de chant
peu commune.

De formation classique, les membres du groupe puisent leur inspiration à la
fois dans l’origine du chant diphonique d’Asie Centrale, dans le chant grégorien
(utilisation des modes et de la résonance), dans les musiques à bourdon en général
(chant byzantin, musiques traditionnelles…) et dans des techniques plus
contemporaines.

L’ensemble vocal “Les Voix Diphoniques” est composé de 5 musiciens :

Cyril Bonnier (voix, clarinette en roseau), Pierre Corbi (voix, percussions), Sylvain Fargeix
(voix, cornet à bouquin), Christian Le Mounier (voix, guimbarde) et Denis Vautrin (voix).

Cliquez sur les visages des
musiciens pour ouvrir
leur biographie.
L'ensemble vocal Les Voix Diphoniques

Revue de presse
Le Courrier de Saône-et-Loire, 17 mars 1997
Le courrier de Saône-et-Loire – 17 mars 1997
Le Bien Public, 2 avril 1998 Le Bien Public
2 avril 1998
Le Journal de Saône-et-Loire
22 septembre 1998
Le Journal de Saône-et-Loire, 22 septembre 1998
Rems-Zeitung, 26 juillet 2001 Rems-Zeitung (Allemagne)
26 juillet 2001
A lire également : l’interview de Cyril Bonnier par Eric Montbel, parue dans le journal
du CMTRA (n° 37, printemps 2000).

Document pdf (492 Ko) : si vous ne pouvez pas le lire, cliquez ici pour télécharger gratuitement Acrobat Reader.

Cliquez pour lire l'interview
Ivan Markovitch, compositeur et chef de choeur, et Jean-Michel Lejeune
du Festival de Musique Contemporaine “Why Note” se sont également exprimés
sur l’ensemble vocal Les Voix Diphoniques…

Les concerts passés

De 2008 à 2005

Festival “Le temps qui sonne” à Payerne en Suisse (2008)

Concert à St. Blasien en Allemagne (2008)

“La Semaine du Son” au CNR de Chalon-sur-Saône (2006)

Festival “Printemps Musical de Pérouges” à Pérouges (2006)

Concert à l’Abbaye du Thoronet, en faveur de l’association VML (2006)

Festival international de la voix “Voix de Fête” à Rouen (2005)

Festival “Musique en Catalogne Romane” à Saint-André (2005)

Concert-Exposition dans le cadre du FRAC à Dijon (2005)

De 2004 à 2000

Concert au CNR de Chalon-sur-Saône (2004)

Regardez un extrait vidéo de ce concert (7 Mo – 3′)

[Si vous ne pouvez pas lire cette vidéo, téléchargez gratuitement Quick Time Player]

Festival “Ademuse” à Aix-en-Provence (2004)

Festival “Un été à Bourges” à Bourges (2003)

Festival “Printemps Musical de Pérouges” à Pérouges (2003, 2001, 2000)

Festival “Internationale Domkonzerte” à St. Blasien en Allemagne (2003, 2002)

Festival “Voix et Musique en Chapelles du Pilat” (2002)

Festival Européen de Musique Sacrée (Europäische Kirchenmusik)
à Schwäbisch Gmünd en Allemagne (2001)

Concert à l’Abbaye de Tournus (2000)

Festival “Les Musicaves” à Givry (2000)

Concert chez les Dominicains de Haute-Alsace à Guebwiller (2000)

Concert à la Maison de la Radio en direct sur France Musique, avec Trân Quang Hai (Paris, 2000)

De 1999 à 1996

Concert à la Basilique Sainte-Madeleine de Vézelay (1999)

Festival “Printemps Musical de Pérouges” à Pérouges (1999)

Festival de l’Institut de Musique Expérimentale à Bourges (1999)

Concert chez les Dominicains de Haute-Alsace à Guebwiller (1999)

Festival de musique contemporaine “Why Note” à Dijon (1996)