Daily Archives: January 8, 2014

OVERTONE SINGING

Standard

overtone singing

 

This is a demonstration of overtone singing. Overtone singing is an articulatory technique in which a certain overtone is amplified. You will hear a whistle over the drone of the fundamental and lower harmonics.
The first fragment demonstrates a technique which is especially used in the Western countries. The tongue is very slowly moved from the position of the vowel /O/ to the position of the vowel /i:/, resulting in a special scale of overtones. The fundamental remains the same in all cases! The careful somewhat retroflex articulation brings the second and third formant together, which amplifies the nearby overtone. The overtones 5-16 can be heard. To produce the overtones 3-5, one has to make a nasal sound and articulate from /o:/ to /a:/. The overtone is then amplified by the first formant, while the nasal anti-resonance creates the acoustic distinction between the amplified overtone and the lowest harmonics.
In the subsequent demonstrations, we hear song fragments containing overtone singing, from the Tuva Republic in Mongolia. The technique is not essentially different from the Western technique, but glottal adducation is much higher (almost pressed singing). The Tuva people know a number of techniques, which are related to the fundamental frequency. In these fragments you will hear Sygyt which is typically produced with a pitch of 150-200 Hz. An other technique is Kargyra, with a characteristic low pitch of less than 60 Hz.More information:

  • Bloothooft, G., Bringmann, E., van Cappellen, M., van Luipen, J.M., and Thomassen, K.P. (1992). Acoustics and perception of overtone singing, J. Acoust. Soc. Am. 92, 1827-1836.
  • Levin, Theodore C., and Edgerton, Michael E. (1999). The Throat Singers of Tuva, Scientific American, Sept.1999.
  • www.harmonx.com [19 Jul 2001] with sound clips!


listen to demonstration listen
technical details technical
text/transcript text/transcript
naar top


overtone singing
Keeping a constant pitch of about 130 Hz, a professional Western performer sings a scale of the overtones 4 to 16. The narrow-band spectrogram shows the amplification of the successive overtones. The lowest overtones are amplified by the first formant, the stepwise increasing resonance is the combination of second and third formant. Higher formants are also visible. 

 

File size 505246 bytes
Format aiff
Keywords overtone throat singing
naar top


tuva overtone singing 1
A Tuva singer demonstrates his “throat singing” or overtone singing, in which individual overtones are amplified. These overtones are clearly visible in the spectrogram.

 

File size 363058 bytes
Format aiff
Keywords overtone throat singing
naar top


tuva overtone singing 2
A Tuva singer demonstrates his “throat singing” or overtone singing, in which individual overtones are amplified. These overtones are clearly visible in the spectrogram.

 

File size 329092 bytes
Format aiff
Keywords overtone throat singing
naar top


tuva overtone singing 3
A Tuva singer demonstrates his “throat singing” or overtone singing, in which individual overtones are amplified. These overtones are clearly visible in the spectrogram.

 

File size 398652 bytes
Format aiff
Keywords overtone throat singing
naar top


tuva overtone singing 4
A Tuva singer demonstrates his “throat singing” or overtone singing, in which individual overtones are amplified. These overtones are clearly visible in the spectrogram.

 

File size 407606 bytes
Format aiff
Keywords overtone throat singing

http://www.let.uu.nl/~audiufon/data/e_boventoon.html

Universiteit Utrecht

LEONARDO FUKS : Sundry Sounds produced by Leonardo Fuks and other examples

Standard
 VVM phonation mode, physical model (by L.Fuks)

 


This is a simplified physical model proposed by me for the larynx during VVM phonation mode, which produces similar sounds to those from the Tibetan Chant tradition. Below, the vocal folds (m1,m2) and above, the false or ventricular folds (m3). In this example, vocal folds oscillate at a frequency which is twice as that of the ventricular folds. The letters mstand for mass, k for stiffness, and r for damping coefficient. Indexes r-l stand for left and right sides, respectively.

Sundry Sounds produced by Leonardo Fuks and other examples

During my research work in music acoustics I created/recorded/processed some gigabytes of sound files, most of them of no musical interest for the listener.
However, a few of them might be listened by tolerant and attentive ears. They are presented below.
The first group of sound files refers to Paper VI of my thesis, which are identified with the Tibetan Chant voice, and other extended vocal effects investigated in the paper.

FILES IN REAL AUDIO FORMAT 

Vocal-ventricular sounds (used in Tibetan and Mongolian “undertone” singing):
0.Original sounds from the Gyuto Monastery, Tibet 

1.Fixed fundamental and sweeping overtones 
2.f0/2 and f0/3 VVM 
3. An imitation of a Tibetan Chant context (rather similar to 0, above)

4. Popeye the Saylor used VVM !! (an original recording from a William Costello’s version)
5. VVM and flute improvisation
6. Overtone singing in VVM mode, melody of “Oh, Susanah” (see the spectrogram)

Periodic pulse register , see Paper VI
7. Alternation between pulse register (“fry”) and modal voice

8. “Vocal fry” at fo/1,fo/2, fo/3, f0/4, fo/5 & back to 1 

Vocal Growl (co-oscillation of vocal folds and epiglottis)-similar to the mechanism used by Louis Armstrong

9. Periodic Growl, in f0/2 and fo/3, with overtone singing

Tarogato (wooden saxophone from Hungary)
10.Tarogato(from the theme of Ravel’s La Valse)

A piece for OBOE called “My Six Marigaux 10499’s”, recorded in 6 channels
11.6oboes

All recordings, excepted by numbers 0 (Gyuto Monks, Tibet) and 4 (Popeye, W. Costello) are performed by Leonardo Fuks

To the THESIS INTRODUCTION – FROM AIR TO MUSIC: Acoustical, Physiological and Perceptual Aspects of Reed Wind Instrument Playing and Vocal-Ventricular Fold PhonationHTML byLeonardo Fuks

Last update 98.12.30

http://www.speech.kth.se/music/publications/leofuks/leosounds.html

LEONARDO FUKS : Sundry Sounds produced by Leonardo Fuks and other examples

Standard

 

VVM phonation mode, physical model (by L.Fuks)

 


This is a simplified physical model proposed by me for the larynx during VVM phonation mode, which produces similar sounds to those from the Tibetan Chant tradition. Below, the vocal folds (m1,m2) and above, the false or ventricular folds (m3). In this example, vocal folds oscillate at a frequency which is twice as that of the ventricular folds. The letters mstand for mass, k for stiffness, and r for damping coefficient. Indexes r-l stand for left and right sides, respectively.

Sundry Sounds produced by Leonardo Fuks and other examples

During my research work in music acoustics I created/recorded/processed some gigabytes of sound files, most of them of no musical interest for the listener.
However, a few of them might be listened by tolerant and attentive ears. They are presented below.
The first group of sound files refers to Paper VI of my thesis, which are identified with the Tibetan Chant voice, and other extended vocal effects investigated in the paper.

FILES IN REAL AUDIO FORMAT 

Vocal-ventricular sounds (used in Tibetan and Mongolian “undertone” singing):
0.Original sounds from the Gyuto Monastery, Tibet 

1.Fixed fundamental and sweeping overtones 
2.f0/2 and f0/3 VVM 
3. An imitation of a Tibetan Chant context (rather similar to 0, above)

4. Popeye the Saylor used VVM !! (an original recording from a William Costello’s version)
5. VVM and flute improvisation
6. Overtone singing in VVM mode, melody of “Oh, Susanah” (see the spectrogram)

Periodic pulse register , see Paper VI
7. Alternation between pulse register (“fry”) and modal voice

8. “Vocal fry” at fo/1,fo/2, fo/3, f0/4, fo/5 & back to 1 

Vocal Growl (co-oscillation of vocal folds and epiglottis)-similar to the mechanism used by Louis Armstrong

9. Periodic Growl, in f0/2 and fo/3, with overtone singing

Tarogato (wooden saxophone from Hungary)
10.Tarogato(from the theme of Ravel’s La Valse)

A piece for OBOE called “My Six Marigaux 10499’s”, recorded in 6 channels
11.6oboes

All recordings, excepted by numbers 0 (Gyuto Monks, Tibet) and 4 (Popeye, W. Costello) are performed by Leonardo Fuks

To the THESIS INTRODUCTION – FROM AIR TO MUSIC: Acoustical, Physiological and Perceptual Aspects of Reed Wind Instrument Playing and Vocal-Ventricular Fold Phonation

HTML by Leonardo Fuks

Last update 98.12.30

 

http://www.speech.kth.se/music/publications/leofuks/leosounds.html

EMMANUEL DESLOUIS: Entretien avec Tran Quang Hai, ethnomusicologue / Touva: un chant au centre de l’Asie centrale

Standard

Entretien avec Tran Quang Hai, ethnomusicologue

Touva : un chant au centre de l’Asie centrale

lundi 23 mai 2005 par Emmanuel Deslouis

Ethnomusicologue, multi-instrumentiste, Tran Quang Hai, nous fait découvrir un des plus étonnants types de chant du monde : le chant de gorges des Touvas.

JPEG - 67.9 ko
Tran Quang Hai devant un spectre de chant diphonique
© E. Deslouis

Eurasie : Qui sont les touvas ?

Tran Quang Hai : Ce sont des nomades d’origine turco-mongole qui vivent au centre de l’Asie centrale dans la république de Touva. Un minuscule territoire de 300 000 habitants (200 000 touvas et 100 000 Russes). Leur territoire est « emmuré » entre des montagnes : Sayan au nord et à l’est, l’Altaï au sud et à l’ouest.

Eurasie : Cela les a-t-il préservé des autres peuples ?

Tran Quang Hai : Pas vraiment ! Au IIe siècle av. J.C., les Huns ont foulé leur sol. Au début de l’ère chrétienne, les tribus touva subissaient l’influence politique des Janbiman, puis celle des Gogann. Du VI au VIIe siècle, leur territoire faisait partie d’un kaganat türke, puis ougrien les deux siècles suivants. Du IX au XIIe siècle, Touva fut dominé par un ancien état kirghize. Avant de tomber sous le joug de seigneurs mongols jusqu’au XVIe. Les deux siècles suivants, il fut rattaché aux états Attynkhan et Dzungar. Du XVIII jusqu’au début du XXe siècle, il passa sous la coupe de l’empire chinois des Mandchous…

Eurasie : Enfin !

Tran Quang Hai : Et ce n’est pas fini ! Touva a même été un état indépendant de 1921 à 1944, sous la protection de l’URSS, avant d’être absorbé dans l’Union jusqu’en 1991. Date à laquelle elle est devenue une république russe.

Eurasie : Quelle histoire !

Tran Quang Hai : Comme vous dîtes ! Ce fut un véritable carrefour de cultures, de religions et de peuples. Et pourtant, il en a émergé des éléments culturels uniques, comme le chant de gorge aussi appelé chant diphonique.

Eurasie : Quand a-t-on vu apparaître les premiers chanteurs de gorge à Touva ?

Tran Quang Hai : Les premiers chanteurs connus sont apparus au milieu du XIXe siècle. Mais le développement du chant diphonique ne date que des années 1930. En 1934, des chercheurs russes ont enregistré des disques 78 tours de ce type de chant, ce qui a permis à un musicologue Aksenov de l’étudier en profondeur et de publier en 1964, soit 30 ans plus tard, le premier article scientifique de qualité sur le chant diphonique.

Eurasie : Qu’appelez-vous le chant diphonique ?

Tran Quang Hai : C’est un chant qui se caractérise par l’émission de deux sons simultanément : l’un est appelé le son fondamental ou bourdon, l’autre est appelé le son harmonique. Le premier son est tenu à la même hauteur durant tout le chant, tandis que le second peut varier pour créer une mélodie. Du point de vue du son, on retrouve des similitudes avec une personne qui joue de la guimbarde : avec un son grave constant et une mélodie plus aigue.

GIF - 116.7 ko
Le spectre de la voix
Voici le spectre d’un chant diphonique. On distingue clairement le son fondamental et l’harmonique (les deux lignes bleues).

Eurasie : Ce chant crée t-il des harmoniques ?

Tran Quang Hai : Non. En fait, c’est le mariage de toutes les harmoniques qui produit le timbre de notre voix. Mais on n’entend qu’un seul son. Dans le cas du chant diphonique, c’est une technique qui permet de dissocier clairement deux sons. Le fameux fondamental et un groupe de sons harmoniques qu’on appelle le formant.

Eurasie : Est-ce compliqué de produire ce type de sons ?

Tran Quang Hai : Reproduire ces sons n’est pas vraiment difficile. Mais les maîtriser et en faire un chant de qualité nécessite des décennies de travail !

Eurasie : Pourriez-vous nous décrire ces techniques ?

Tran Quang Hai : J’ai découvert plusieurs méthodes. La première consiste à laisser la langue à plat et à ne bouger que la bouche et les lèvres. En prononçant comme collées entre elles les deux voyelles U et I, comme si l’on disait OUI. On parvient à entendre une faible mélodie harmonique.

Eurasie : la seconde méthode permet-elle de produire des harmoniques plus distinctes ?

Tran Quang Hai : Oui. Il faut tout d’abord chanter avec la voix de gorge la syllabe OU. Puis prononcer la lettre L. Dès que la pointe de la langue touche le palais, il faut la conserver dans cette position. Ensuite, il faut prononcer la voyelle U, avec la langue toujours collée au palais. Essayer de nasaliser les sons, c’est à dire les prononcer comme en parlant du nez. Et prononcer les sons U et I de manière liée puis alternée. Grâce à cette méthode, on obtient le bourdon et les harmoniques. En variant la position des lèvres ou de la langue, on arrive à moduler la mélodie.

JPEG - 66.2 ko
Tran Quang Hai lors d’un stage de chant diphonique
© tran quang hai

Eurasie : Comment avez-vous réussi à identifier le rôle de la bouche et de la langue dans ce chant ?

Tran Quang Hai : En fait, j’ai joué le cobaye. Je me suis soumis aux rayons X tout en chantant, ce qui a permis d’étudier scientifiquement cette technique. En me lançant en premier dans ce domaine expérimental, j’ai permis de « démocratiser » le chant de gorge.

Eurasie : Cela vous a-t-il rapproché des chanteurs de la Touva ?

Tran Quang Hai : Oui. En 1981-1982, nous avons organisé à Touva des rencontres de chanteurs de Sibérie. Et le premier festival de chant diphonique a été organisé à Touva en 1991. Et suprême honneur, en 1995, j’ai été invité comme président du jury du festival de chant de gorges. C’est une reconnaissance de mon travail de chanteur, de compositeur et de chercheur dans le domaine du chant diphonique.

Eurasie : Le chant diphonique fait-il des émules ?

Tran Quang Hai : Depuis que j’ai été président du jury, il y a eu un déferlement de groupes de Touva. Maintenant, même les femmes sont autorisées à chanter. Les problèmes économiques de ce pays n’y sont pas étrangers, si cela peut leur permettre de s’en sortir économiquement. Il y a 30 ans, il n’y avait qu’une dizaine de chanteurs diphoniques. Aujourd’hui, il y en a des milliers ! Cela explose car il y a de la demande en Occident, on peut remplir des salles avec des groupes Touva.

Eurasie : Ce chant est-il figé ou évolue t-il ?

Tran Quang Hai : Il y a de la compétition donc il évolue. Aujourd’hui les chanteurs ont développé de nouvelles techniques de chant, il y a une véritable émulation. D’ailleurs, de jeunes chanteurs utilisent le chant diphonique dans la musique pop, dans le hip hop, et même certains groupes de hard rock.

JPEG - 15.6 ko
Le DVD « Le chant diphonique »

Eurasie : Existe t-il un tel chant dans d’autres parties du monde ?

Tran Quang Hai : Oui. Même si on trouve le plus grand nombre de chanteurs diphoniques autour de la chaîne de l’Altaï dans les populations de Mongols, Touvas, Khakhash, Bachkirs. Ainsi, on en trouve au Rajastan en Inde, chez Xhosas en Afrique du Sud. Ces derniers ont copié le bruit que fait un coléoptère placé devant la bouche. Il y a aussi les moines tibétains des monastères Gyütö et Gyüme. Ils utilisaient une technique particulièrement violente pour se casser les cordes vocales et obtenir cette voix caverneuse qui les caractérise : ils mangeaient de la neige et se faisaient vomir, plusieurs heures par jour. À ce régime, les cordes vocales se gonflaient, s’enflammaient avant d’être cassées à vie.

Eurasie : Comment s’initier à ce domaine de chant ?

Tran Quang Hai : En suivant des cours ou des stages. Je peux aussi vous conseiller de vous inspirer de mon DVD « Le chant diphonique » édité par le CRDP de La Réunion, où je détaille les techniques de chants, et où l’on voit des chanteurs diphoniques du groupe Huun Huur Tu, faire une démonstration de ce chant.

Propos recueillis par Emmanuel Deslouis

Emmanuel Deslouis

http://www.eurasie.net/webzine/spip.php?article642

Hosoo & Transmongolia am 3.März 2011 im KulturForum Kiel Teil 2/2

Video

Uploaded on Mar 7, 2011
Konzert “Klänge der Natur” Teil 2/2: Kehlkopfgesang und original Instrumente. Es spielen: Der Gruender Khosbayar Dangaa (“Hosoo”), Amartuvshin Nyamdor (“Amaraa”), Mungunshagai Gaasuren (“Shagai”), Dashdemberel Ulziibat (“Dashka”). Moderation Altansuvd Gongor (“Suvdaa”). Die Stuecke : 10) Tumen agt , 11) Bagaan zan, 12) Builgan shar, 13) Elkeldeg, 14) Ikiliin egshigt Nutag 15) Altain Tsuurai 15) Goviin magtaal , als Zugabe Temuujin. Mehr zu “Hosoo & Transmongolia” siehe http://www.hosoo.de sowie Teil 1/2 des Konzertes unter http://www.youtube.com/watch?v=9fIqCF… . siehe auch ” huun huur tu ” ebendort im mai 2011 http://video.google.com/videoplay?doc…

Hosoo & Transmongolia am 3.März 2011 im KulturForum Kiel Teil 1/2

Video

Uploaded on Mar 6, 2011
Konzert “Klänge der Natur”: Kehlkopfgesang und original Instrumente. In Teil 1/2 spielen: Der Gruender Khosbayar Dangaa (“Hosoo”), Amartuvshin Nyamdor (“Amaraa”), Mungunshagai Gaasuren (“Shagai”), Dashdemberel Ulziibat (“Dashka”). Moderation Altansuvd
Gongor (“Suvdaa”). Die Stuecke : 1) Mongol ayalguu, 2) Shigshireg, 3) Uulen bor 4) Ertnii ayalguu 5) Altain Magtaal 6) Ooluun Eh, 7) Setgemj (Improvisation) 8) Har tarlan Sarlag , 9) Tatlagiin Holboo . Mehr zu “Hosoo & Transmongolia” siehe http://www.hosoo.de sowie teil 2/2 http://www.youtube.com/watch?v=6-WjgQ… . siehe auch “huun huur tu ” ebendort im mai 2001 http://video.google.com/videoplay?doc…